Le préfet et le procureur ont présenté le bilan des politiques de sécurité en Lozère

 
 

Hervé MALHERBE, préfet de la Lozère et Alain BERTHOMIEU, procureur de la République prés le tribunal de Grande instance de Mende, ont présenté les résultats de la politique de sécurité de l’année 2015 dans le département le mercredi 10 février à 15 h 00 en présence du Lieutenant-Colonel Didier LIMET, commandant le groupement de gendarmerie départementale, du Commissaire divisionnaire, Jean-François TESSIER, directeur départemental de la sécurité publique et de Myriel PORTEOUS, directrice des services du cabinet.

PRÉSENTATION DES CHIFFRES DE LA DÉLINQUANCE

EN LOZÈRE - BILAN 2015

La Lozère reste préservée de la délinquance la plus violente.

 - aucun homicide en 2015, comme les années précédentes ;

 - aucun vol à main armée n’est enregistré ;

 - les viols sont très rares : 9 faits constatés ;

 - les violences physiques crapuleuses se limitent à 12 faits ;

 - les forces de l’ordre ne comptent que 12 vols avec violence sans armes à feu.

 

Les phénomènes de radicalisation restent très ponctuels.

 - 17 personnes ont été signalées au cours de l’année 2015 pour vérification d’une possible radicalisation ; elles ne sont plus que 9 en décembre en Lozère et 5 en février 2016 ;

 - réunions mensuelles inter-services de l’Etat pour suivre les situations signalées ;

 - 3 perquisitions administratives conduites dans le cadre de l’état d’urgence mais aucune assignation à résidence ;

 - 1 condamnation en comparution immédiate pour apologie du terrorisme.

 

Les escroqueries et infractions économiques et financières diminuent.

 - Que ce soient les faux en écriture, les falsifications et usages de cartes de crédits, les abus de confiance, le travail clandestin, les escroqueries connaissent une baisse sensible en 2015 avec 193 faits contre 243 l’année précédente.

Les atteintes aux personnes sont en hausse.

Le total passe de 295 faits constatés en 2014 à 349 en 2015, répartis entre la zone de gendarmerie (235 en 2015 contre 190 en 2014) et la zone de police (114 en 2015 contre 105 en 2014).

Tant les violences physiques non crapuleuses que les violences sexuelles se renforcent :

-  Les faits de harcèlement sexuel et autres agressions sexuelles sur mineur passent de 11 à 24 en un an, essentiellement dans la sphère intrafamiliale.

Les atteintes aux biens augmentent.

Le total passe de 1056 faits constatés en 2014 à 1128 en 2015, répartis entre la zone de gendarmerie (878 en 2015 contre 754 en 2014) et la zone de police (250 en 2015 contre 302 en 2014).

- Les vols sans violence s’accroissent, tant les cambriolages de logements (98 faits, soit + 25) que les vols à la roulotte (126 faits, soit + 34) et les autres vols simples au préjudice de particuliers (403 faits, soit + 29) ;

Mais légère baisse :

-  Les destructions et dégradations fléchissent de 124 à 112 faits constatés ;

- Les vols de véhicules passent de 60 à 47 faits constatés.

Approche géographique.

En 2015, la concentration d’actes délinquants constatés en Lozère semble assez proche des ratios de population de chaque territoire, même si les centres urbains génèrent toujours un surcroît d’activité délinquante.

  Part de la population 48

Ratio des

AVIP 48

Ratio des

AAB 48

Ratio des

EIEF 48

Compagnie de gendarmerie de Mende 68 % 49 % 56 % 66 %
Compagnie de gendarmerie de Florac 17 % 17 % 22 % 16 %
DDSP 48 – commune de Mende 15 % 34 % 22 % 17 %

L’évolution de la délinquance générale depuis 2014 se présente plutôt stable ou en légère hausse en zone de gendarmerie, tandis que Mende, zone de police, connaît une nette amélioration. C’est d’autant plus marqué sur l’agrégat des atteintes aux biens.

La Lozère bénéficie de la délinquance enregistrée la plus faible de France, en valeurs absolues.

Présentation des chiffres de la sécurité routière

pour la Lozère – bilan 2015

Les victimes :

- Le nombre de morts sur les routes de Lozère s’abaisse cette année à 14 (dont 6 motards), contre 15 l’an dernier ;

- Après quatre ans consécutifs de baisse, le nombre d’accidents corporels remonte à 69 contre 52 accidents en 2014 ;

- Celui des blessés passe aussi de 71 en 2014 à 90 en 2015 ;

- Sur 69 conducteurs identifiés comme étant à l’origine des accidents, une majorité est lozérienne (38) ; à l’inverse, sur 14 conducteurs à l’origine d’accidents mortels, une majorité est étrangère au département (10) ;

- Les conducteurs âgés de 25 à 44 ans sont aussi nombreux qu’en 2014 à causer des accidents, mais ils se font désormais devancer par leurs aînés de 45 à 64 ans : 25 de ces derniers ont causé des accidents en 2015, contre seulement 13 l’année précédente.

Les circonstances :

- Les accidents se sont produits principalement sur les routes départementales (35 accidents pour un total de 2372 km), alors que les routes nationales 88 et 106 n’ont enregistré que 20 accidents pour 158 km de réseau), le réseau communal 8 accidents et l’autoroute 6 accidents ; il ne ressort pas de lieu accidentogène spécifique ;

- Selon des proportions identiques à 2014, les accidents impliquent le plus souvent des voitures (54 cas), davantage que des motos (20 cas), des piétons (6 cas), des poids lourds (3 cas), des cyclomoteurs (3 cas) et un vélo (1 cas) ;

- Les causes identifiées sont majoritairement une perte de contrôle avec vitesse inadaptée (36 cas, dont 10 mortels), bien plus que les refus de priorité (8 cas), les dépassements dangereux (6 cas) et l’alcoolémie (4 cas) ; Cela traduit un recul net de l’alcoolémie qui était en 2014 la seconde cause d’accidents avec 8 occurrences ;

- Les accidents se produisent surtout entre 16h et 18h, voire plus largement entre 12h et 18h.