La Journée internationale des droits des femmes du 8 mars 2017

 
La Journée internationale des droits des femmes du 8 mars 2017

Retrouvez le programme des actions Lozère proposé à l'occasion de la journée de la femme du 8 mars 2017 présenté par Hervé MALHERBE, préfet de la Lozère et Christine CHAPELLE, présidente du CIDFF le lundi 6 mars.

Rappel historique :

Au début du XXe siècle, des femmes de tous pays s’unissent pour défendre leurs droits.
 
 La légende veut que l’origine du 8 mars remonte à une manifestation d’ouvrières américaines du textile en 1857, événement qui n’a en réalité jamais eu lieu ! En revanche, l’origine de cette journée s’ancre dans les luttes ouvrières et les nombreuses manifestations de femmes réclamant le droit de vote, de meilleures conditions de travail et l’égalité entre les hommes et les femmes, qui agitèrent l’Europe, au début du XXe siècle.

 
 La création d’une "Journée internationale des femmes" est proposée pour la première fois en 1910, lors de la conférence internationale des femmes socialistes, par Clara Zetkin, et s’inscrit alors dans une perspective révolutionnaire.

 
 La date n’est tout d’abord pas fixée, et ce n’est qu’à partir de 1917, avec la grève des ouvrières de Saint Pétersbourg, que la tradition du 8 mars se met en place. Après 1945, la Journée internationale des femmes devient une tradition dans le monde entier. Jusqu’à nos jours…

 La date est réinvestie avec le regain féministe des années 70 et la « Journée internationale des femmes » est reconnue officiellement par les Nations Unies en 1977, puis en France en 1982. C’est une journée de manifestations à travers le monde, l’occasion de faire un bilan.
 
 La Journée des femmes reste aujourd’hui d’une brûlante actualité. Car tant que l’égalité entre les hommes et les femmes ne sera pas atteinte, nous aurons besoin de la célébrer.

Actions nationales :

1 - Hackaton

L’objectif de l’hackaton est de valoriser concrètement l’apport des outils numériques au service de l’égalité entre les femmes et les hommes, en particulier dans l’articulation entre vie familiale et vie professionnelle mais également de mettre en lumière la place des femmes dans le secteur numérique. Il aura vocation à développer des solutions innovantes pour faciliter l’articulation des temps de vie, conformément à la lettre de mission adressée par le Premier ministre à Laurence ROSSIGNOL, le 13 mai 2016.

2 - Signature du Serment de Paris

Cet événement prendra la forme d’une déclaration : « le serment de Paris », porté par la France à la fois le 8 mars à Paris mais également les 13-14 et 15 mars à New York lors de la Commission de la condition de la femme de l’ONU (CSW61). Il  réaffirme la nécessité de défendre les droits des femmes et l’égalité entre les femmes et les hommes, dans un contexte de montée des conservatismes à travers le monde.

Le texte sera mis à la signature de personnalités emblématiques féministes, femmes et hommes des cinq continents (artistes, politiques, dissident(e)s, chercheuses, actrices, intellectuelles, responsables associatives,…).

3 - Clôture du plan de mobilisation « Sexisme pas notre genre »

Après six mois de mobilisation intense de la société civile contre le sexisme, le 8 mars sera l’occasion de valoriser le plan de mobilisation initié le 8 septembre au Palais de la Femme. Les porteurs(ses) d’initiatives labellisées, le réseau déconcentré des droits des femmes, les membres du comité de suivi et toutes les associations identifiées comme contribuant à la lutte contre le sexisme se rassembleront lors d’un événement fédérateur, lieu d’échanges et de mise en perspective, permettant un bilan des avancées contre le sexisme. 

Plusieurs prix seront remis suite au vote des internautes sur la plate-forme en ligne pour les initiatives les plus innovantes selon les thématiques. D’autres prix sont envisagés.

Actions régionales 

Le réseau déconcentré remettra des prix aux initiatives sélectionnées par les jurys locaux. Il s’agit de créer un prix régional « Sexisme pas notre genre », commande de l’échelon national. La remise des prix aura lieu le 08 mars 2017 à la préfecture de région Occitanie à Toulouse, précédée par une conférence de Johanna Dagorn « femmes et déplacements dans la ville ».

Actions départementales

Les actions suivantes sont programmées en Lozère :

  • L’exposition « En chemin, elle rencontre » sera présentée toute la semaine 10 dans les locaux d’ Hyper U. L'expo est composée de 20 panneaux souples - format 60 X 80 cm.

Présentation de l’exposition : (annexe 1)

Quand la bande dessinée se mobilise autour de la question des violences et inégalités faites aux femmes. Une thématique hélas toujours d’actualité.

© Emmanuel Lepage - Des ronds dans l'O

Voilà maintenant cinq ans que les éditions « Des ronds dans l’O » accomplissent avec constance un remarquable travail de pédagogie sur le thème des violences et des inégalités vécues par les femmes, en publiant une série de recueils collectifs intitulée « En chemin elle rencontre… » Derrière la sobriété du titre apparaît une grande diversité de maux et de récits souvent très douloureux, mis en images par de nombreux auteurs de bande dessinée, hommes et femmes, dont Jeanne Puchol, Sergio Salma, Florence Cestac, Étienne Davodeau...
 Dans le premier recueil, Marie Moinard, éditrice du projet, expliquait les raisons de cette entreprise. « J’ai attendu longtemps avant de franchir le cap, racontait-elle en 2009. Dire, parler. De soi évidemment, parler de ce qu’on a subi… Que retenir de soi quand on a subi la violence conjugale ? Le regard que nous portons sur nous-mêmes dans les minutes qui suivent les scènes. Un miroir suffit à nous renvoyer une image salie de nous-mêmes… »

© Jeanne Puchol - Des ronds dans l'O

Soutenu par Amnesty International, le premier volume dédié aux violences faites aux femmes est suivi par un deuxième opus consacré au respect des droits des femmes, et un troisième sur l’égalité femme-homme. Autant de préoccupations qui s’expriment dans cette exposition collective, et dont le titre reprend l’intitulé générique des albums : « En chemin elle rencontre… ».

Car hélas, le constat demeure toujours très sombre, et les avancées minimes sur le terrain. Sensibiliser et informer, donc, encore et encore. Sur les violences conjugales commises à l’encontre des femmes et leurs conséquences, sur les moyens d’accès à l’IVG, sur les expressions sexistes dans le langage, sans oublier les multiples inégalités entre hommes et femmes, de la sphère politique au monde économique, du milieu professionnel à l’environnement scolaire… Portrait à charge de nos sociétés où l’injustice reste quotidienne, l’exposition est présentée dans le hall d’entrée du Tribunal de grande instance d’Angoulême, lieu hautement symbolique qui se veut aussi une forme de rappel à la loi.

 Le Cidff48 participera à une journée échanges et animations d’ateliers organisés par Avicenne (dispositif innovant de permanences médico-sociales gratuites au cœur des villages cévenol) sur Florac 

affiche-atelier-co-droits-de-la-femme

Programme :

MATIN :

L'équipe de Radio BARTAS sera présente le matin pour recueillir des témoignages et les diffuser dans la journée sur les ondes.

- 9h : Accueil / Petit Déjeuner

- 10h : Témoignage Naître et Grandir : "Comment intégrer le maternage dans sa vie de femme ?"

- 10h30 : Forum Rencontre (1ère partie) : stands d'informations au public animés par les différents partenaires présents

  - Service départemental de planification familiale

  - Naître et Grandir

  - Gard Lozère Dépistage (+ jeux participatifs)

  - Ballet Bross

  - Avicenne

DEJEUNER :

Repas solidaire : chacun amène de quoi déposer sur le buffet, pour partager tous ensemble la pause déjeuner.

APRES MIDI :

- 13h30 : Projection-Débat animée par le CIDFF : "Depuis que les femmes travaillent" (45minutes de film + 45minutes de débat)

- 15h : Forum Rencontre (2ème partie) : Stands d'informations au public animés par les différents partenaires présents :
  - Service départemental de planification familiale

  - GEM de Modestine (+ Atelier participatif)

  - Témoignage de l'atelier d'alphabétisation du Foyer Rural

  - CAF : présence d'Isabelle VEYRES, référente parentalité

  - Gard Lozère Dépistage (+ jeux participatifs)

  - Ballet Bross

  - Avicenne

- 17h : Fin de la journée

  • Rencontre autour de Magali MOUGEL et de son texte « Guerillères ordinaires» dont elle donnera lecture dans le cadre des scènes croisées à la librairie de la Lorgnette le 8 mars à 18h 30.

Magali Mougel est auteure pour le théâtre, enseignante à l’Université de Strasbourg, à l’ENSATT, à l’Institut Littéraire Suisse – Haute école de Berne et est rédactrice pour le Théâtre National de Strasbourg. Depuis 2011, elle est associée aux Centres de Ressources des Écritures Contemporaines – Troisième Bureau à Grenoble.

Ce recueil de trois textes dont la forme est celle du « poème dramatique » est centré sur la figure d’une femme à la fois enchâssée dans son quotidien et emblématique d’une condition.

Dans chacune des pièces, ces femmes sont amenées à prendre position face à ce qui leur est imposé et à réagir envers les autres et elle-même par une violence qui fait écho à celle subie.

Comme le laissent entendre les titres des deux premiers textes, elles sont le reflet contemporain de figures mythologiques ou bibliques qui portent la violence faite de tout temps aux femmes, et leurs réponses.

Lilith à lestuaire du Han

Seorae, Corée du Sud. Lilith vit avec son mari, Georg, et leurs deux enfants dans le quartier français.

Leur vie est paisible jusqu’au jour où Georg entreprend de creuser un trou dans le mur de la buanderie pour offrir à Lilith une fenêtre par laquelle profiter du soleil et de la vue des arbres de Seorae.

Or Georg ignore que cette buanderie n’est pas qu’une simple pièce fonctionnelle et ménagère. C’est l’abri de Lilith. Sa petite chambre à elle dans laquelle elle garde au frais ses secrets.

LIvre Magali MOUGEL copier